Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2006

Une ancre sur Saturne

1105337c3def6466691caca4212d012d.jpg« L'Union astronomique internationale a récemment clarifié la nomenclature au sein du système solaire en dégradant Pluton » Le Monde 13 Octobre 2006.

La réunion du conseil de nomination des corps célestes a lieu sur le satellite de Saturne depuis plusieurs années déjà : c’est un point central de la galaxie et une zone franche où on parle en Fi-rz (la version monosyllabique de l’esperanto qui raccourcit drastiquement les échanges parlés et donc avantageusement le temps des réunions) . Une fois par mois le bureau se réunit pour trier les nouvelles planètes , les libeller et accréditer leur place dans la grande nomenclature de l'espace ( qui conditionne par la suite les échanges commerciaux). Nous autres pilotes apportons notre expérience du terrain: rien de plus fâcheux que de confondre une étoile et une naine errante qui n’aura jamais le cœur assez chaud pour connaître les délices d'une fusion.

Dès que c'est possible, j'immobilise mon vaisseau dans la ceinture de Kuiper, je range ma combinaison en latex purifié pour un tailleur en laine australe aérostatique plus élégant, je fume un peu d'herbe de Céres et je me rends à ces rendez-vous animés. En vérité je rentre pour LA voir. Mais comme ces étoiles ratées, j'ai moi aussi un problème de taille: elle n'en sait rien.

Aujourd’hui la confédération souhaite se pencher sur un objet intrigant repéré dans la Nurserie d'Uranus. Cet objet est entouré de masse noire. Donc comme elle, il est inaccessible. Au moment où j’écris mentalement ce texte dans mon neuroscripteur, elle se trouve en face de moi et elle m’observe tout en menant le débat ( dans quelle catégorie cosmique classer cette curiosité astronomique et surtout à quelle fédération va-t-elle profiter! ). Je n'arrive pas à me concentrer sur le sujet car je reste focalisée sur le dernier bouton de son uniforme détaché qui laisse apparaître sa gorge. Ce bouton en airain gravé d’un tourbillon ascendant qui est la représentation iconique du dialogue. C'est une médiatrice hors pair, mais face aux représentants agités des 69 entités cosmiques, je me demande quand même comment elle va s’en sortir.

 Laisse- moi t'aider.

(ce dialogue est archivé par neuroscripteur)

Madame la présidente, j'ai croisé l'orbite de cet objet. 

Capitaine, je sais que vous êtes aussi une physicienne. Puisque vous dites avoir approché cette exoplanète, pouvez-vous nous parler de la réalité de son apparence?

(La seule réalité que j'envisage est celle de ton regard bleu plongé dans le mien MAINTENANT/ nda: les émotions ne sont pas archivées par le neuroscripteur en vertu de la Loi sur la Pensée Privée, je vous les livre entre ())

...il s'agit probablement d'une naine effondrée, j'ai parcouru sa surface à la visée et  c'est un objet de faible masse. 

Vous ne la considérez donc pas comme une étoile ?

Si (enfin TOI) enfin non, je pense que c'est une solitaire ( Entends-MOI) mais qu'on ne doit pas discriminer ( C'est clair?). Les chances d'y trouver un gisement sont extrêmement réduites ( Maintenant foutez-lui tous la PAIX)

Dans ce cas, pour éviter de solliciter le patrimoine temporel du conseil en la répertoriant dès maintenant, pouvons-nous la classer en attente ( Pitié NON )

...et pousuivre les recherches? (Tu t'en tires bien)

Mon plan de vol est incertain...( RETIENS-moi)

Capitaine, je pense qu'il s'agit d'une volonté commune...et je vous recevrai en séance individuelle pour en tirer des conclusions rapides dès votre retour de mission (Ben voyons)

Je m'en tiendrais à la décision du collège  (Fais de moi CE QUE TU VEUX)

Désormais le cosmos est plombé: quelqu'un m'attache quelque part. Mais voilà: la chaîne semble particulièrement longue. Je sors de la salle du conseil sans un regard derrière moi.

Allumez les moteurs

20/11/2006

Tortues échouées

Je vous avais préparé un joli post qui se passe sur Saturne avec toutes les étoiles que j'affectionne, seulement voilà, cette nuit, je suis allée à la soirée des tortues équatoriales. Celle-là même à laquelle je renonçais un peu plus haut. Car voyez-vous moi aussi je suis une putain de matérialiste. Je sais être gentille et relever ma mèche en souriant quand on me le demande avec des arguments étudiés. Je sais faire le chien savant avec une coupe de champagne à la main devant des hommes en cravate et des bocaux remplis de méduses (ou vice-versa je ne sais plus). Bien sur j'ai vu mes propres mots livrés en pâture à un projecteur épileptique sur un écran au milieu de formules commerciales qui me font vivre. Bien sur l'incompréhension a crée des plages de dialogue muet. Bien sur les codes ont brutalisé toutes les attentions naissantes. Bien sur les imaginaires ont été asphyxiés par le coût assumé du décorum.

Ca ne pèse vraiment rien devant ces animaux captifs qui ont tourné en rond dans un bassin sponsorisé pendant toute la soirée. Ils nous adressaient le rappel discret de notre insondable vacuité.

18/11/2006

Indélicatesse en multi-angularité

J'aurais pu dire adultère, mais je préfère les litotes.
Quel hasard vous a conduit à traverser une rue du 5è arrondissement de Paris cet après-midi? ... pour tomber sur votre femme en train de passer la double porte de cet hôtel avec une autre jeune femme* . Bien sur le sol se dérobe mais prenez de la distance: imaginez que vous ayez 6 points de vue simultanés. Le vôtre, le sien, celui de l’Autre, celui du passant , celui du chat perché sur la gouttière et, omniscient, celui de Dieu. Laissez vous aller à une autre interprétation, comme si la boule de billard noire devenait soudain aussi le joueur.

Vous: Hier et demain n'existent plus (une douleur sincère)

Elle: Je sens quelque chose d'anormal (une intranquillité sincère)

L'Autre: C'est toujours le temps qui nous manque (une aspiration sincère)

Le passant: Alors c'est vraiment possible !? (une convoitise sincère)

Le chat: cha la  cette porte entrouverte laisse s'échapper un fumet (une faim sincère)

Dieu:Tout ça pour ça (une lassitude sincère)

Les sincérités étrangères sont-elles des fictions* à ce moment précis? Elle existent pourtant simultanément dans d’autres univers. Je ne juge pas en permanence les choses sur un critère de cohérence. Peut-être parvient- on à user l’habitude comme ça, par une vision chaotique. Parfois ça donne le tournis, mais je me souviens que la vie elle-même est ainsi : imprévisible et vouée à permutations , en bien ou en mal mais en toute indépendance: c'est à dire sans vous demander votre avis.

17/11/2006

Pouvoir ou pas

Un délibéré a eu lieu, et comme tous les délibérés il n’était pas public. Elle a fait connaître son opinion sur chacune de mes propositions, et, en marge, leurs pauvres apostilles. Ses observations donneront lieu à des révisions, probablement. Après cela s’est calmé et nous sommes sorties par un couloir qui comprend un nombre déraisonnable de  miroirs. Il faisait bon cet après-midi d’octobre. Elle a pris la veste de son tailleur ch*nel -ou similaire du genre- à la main, ce qui doit être un sous-code que j’ignore. Nous avons regardé le ciel au-dessus de ces façades classées aux monuments historiques. Je songeais au dialogue allégorique que pourraient avoir les blasons en pierre. La lumière faisait du bien mais, vu le moment que nous venions de passer, je ne risquais aucune parole et elle tournait à peine la tête vers moi.

« Ecoutez jeune femme » (là mon plaisir ressemble à un shoot au poppers*) « j’ai un conseil à vous donner, méfiez-vous de l’exercice du pouvoir (on se croirait dans un polar usé mais c'est pourtant irrémédiablement arrivé et en plein après-midi) J’en ai vu à cinquante ans, anéanties, lorsqu’il leur a échappé, ça s’insinue dans votre vie sans que vous vous rendiez compte que vous ne pouvez plus vous en passez. J’essaye de m’en préserver » 

« Vous voulez dire que c'est une addiction tapie dans l’ombre ?»

« Exactement »

« Alors je prendrai une lampe de poche. »

Elle me regarde enfin et elle rit. Il y a toujours un peu de douceur dans le regard des femmes de pouvoir. Madame, je veux bien retenir votre mise en garde mais je préfère quand vous en riez. Je ne revendique que le pouvoir d’aimer. Eblouissant. Désespérant. Incandescent mais tragique, voire misérable.
En un mot, Eternel.

*Je te remercie de m’avoir initiée à ce rite caverneux qui a laissé cette cicatrice que tu aimais bien sur ma lèvre pendant des semaines

16/11/2006

Entropie

Comment équiper votre cuisine? Votre cave à vin? Voulez-vous souscrire un investissement immobilier dans le Tarn et Garonne? Que diriez-vous si nous vous embauchions pour 10 Ke de plus (et surtout léchez-moi bien la main)? Souhaitez-vous développer votre potentiel par la technique du 360°? Améliorez votre isolation avec des fenêtres en PVC ! Voulez-vous traduire vos textes en catalan, en hongrois, en danois? Hi, do you need information about BBC ratecard ?Vous êtes invitée au séminaire des mutants aux-chaussures-pointues (madame, nous démarrons from scratch), au petit déjeuner déguisé du Drugstore Publicis, à la soirée des tortues équatoriales au trocadero (renvoyez votre coupon en éponge à Hélène, mais si Sacha vous la connaissez)!

Libérez mon mail, libérez ma boite vocale, mon fax, libérez ma boite aux lettres. Il y a redondance, le canal est brouillé. Vous abusez de la fonction phatique ( en voulant vous substituer aux amis que je n’ai d’ailleurs pas) et vous tombez mal. En ce moment je me préoccupe de ces questions comme d’une queue de cerise.

(ou alors ayez la délicatesse d'ajouter une phrase de Saint-John-Perse)

14/11/2006

Uchronie: si Jodie avait joué dans TLW

102b6cb82da2be4c266984ffedf623eb.jpg« Je reviens de Ciudad Juarez, j’ai roulé toute la nuit » dit-elle en descendant de sa Chevrolet « Les maquiladoras n’ont pas finies de prospérer sur le dos des pauvres , ces filles envoyées par leur familles…une main d’œuvre bon marché » Bette voudrait bien lui passer une main dans les cheveux mais elle attendra un peu. Cent pages, douze épisodes, une saison entière pour décliner un geste.Si Jodie avait joué dans L-Word, elle aurait incarné une ancienne flic reconvertie dans l'aide sociale qui porte toujours son tee-shirt LAPD pour dormir. Bette ne serait pas partie en retraite de solitude hurlante, puisqu'elle aurait été à l'origine de sa rupture avec Tina qui aurait quitté les Etats-Unis sur l’appel de Richard Branson pour monter dans le royaume du Piémont une chaîne de boutiques de vêtements bio à franges.

Submergée les sms de scénaristes, Ilène aurait hésité entre l’Ecole Hollywoodienne et l’Ecole de Montréal, précipitant ainsi son équipe dans une perplexité profonde. L’Ecole Hollywoodienne, celle qui n’a pas hésité à trucider Dana en trois épisodes, aurait sans doute prostitué Carmen dans un bordel pour businesswomen et envoyé Shane dans un pénitencier flottant au large du Golden Gate par le truchement de quelques actions dramatiques. A l’inverse l’Ecole de Montréal aurait laissé Jenny suivre la route de sa bayadère de cirque permettant ainsi à Patricia Rozema de réaliser un épisode avec l’élégance dont elle a le talent par exemple à travers un duo de trapèze volant Jenny-Moira sur fond de Rachmaninov. On peut également supposer qu’un souffle historique très inattendu aurait obligé Alice a réécrire sa toile avec le nom des femmes ayant porté à travers les âges la cause féministe : Gertrude aurait mystérieusement côtoyée Renée, côtoyant elle-même Erika, nous faisant ainsi revivre des épisodes de luttes sanglantes.

En outre, des cohortes pacifiques de femmes y auraient vues un signal, le tocsin du coming-out, un sémaphore sur le chemin de l'acceptation de soi. Certaines auraient monté des comités de soutien, peut être même changé de vie... Et moi qui croyais être la seule mortelle affectée de cette fébrilité. Finalement le coming out de Jodie nous aurait soulagées de tous ceux qui n’ont jamais eu lieu.

Ne pouvant se résoudre à leur rupture dans la saison X, Ilène aurait laissé Jodie et Bette à leur implacable destin : des nuits à faire l’amour et des jours offerts à la contemplation tranquille de la crête des vagues du pacifique.

Regarde cette vague, on dirait une toile de Yurgenstein

Oui, ça m’évoque ce mot « Hâtons-nous aujourd’hui de jouir de la vie, qui sait si nous serons demain »

C’était qui ?

Jean Racine un français

Perspicace , il avait pas une chronique dans le New Yorker ?

Finalement, si Jodie avait accepté de jouer, L-Word n’aurait peut-être jamais existé, et ça, vraiment, ça me cause du souci.

Ps/ Ilène, j’implore ton pardon.

01/11/2006

L'alphabet du bout du monde

594664c3ec7b8ff2df203981001e92f2.jpgPour aller au bout du monde, il existe une carte. Si.

Le mieux est d’aller voir. Mais cette carte ne ressemble pas à un plan, on dirait plutôt un dictionnaire. Je me suis Assise avec Appétit (pardon je bégaie) dans la Salle des livres larges pour y déplier l'objet. Autant dire que le Bout du monde n'est pas vraiment praticable. Il dépasse même de la table de lecture.
En suivant le chemin qui mène de la Première à la Dernière lettre imprimée, on peut Facilement tourner en rond dans son propre Nuancier comme un dédaltonien. Mieux vaut aller tout droit dans le désordre des Lettres pour atteindre cet Endroit imaginé. Pas besoin de Valise , même dans sa propre illusion, l’intelligence et le cœur suffisent pour voYager . C’est sur, la route est encombrée par des Quantités de prodiges, des mondes qui tiennent tous dans un dé à Koudre  (ouaip je place mon K où je veux) et des grains de poussière de la taille de Wagons de marchandise. Sur la Route du bout du monde, il y a aussi un Théâtre plein de Courants d'air où se Joue Phèdre comme un pornO en séance continUe. Le choeur est Invisible mais ses Soupirs restent en mémoire longtemps après le dernier vers. Ce souvenir est une Vague et ce fluX est la vie.

Enfin voilà, en arrivant au bout du monde, on aperçoit une tour qui n’est pas achevée. Il y a quelqu’un . IL Y A QUELQU’UN. En haut de ce pHare qui vous a Guidé, il y a toujours une femme dont vous avez envie; replieZ-moi cette carte !