Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2006

Une ancre sur Saturne

1105337c3def6466691caca4212d012d.jpg« L'Union astronomique internationale a récemment clarifié la nomenclature au sein du système solaire en dégradant Pluton » Le Monde 13 Octobre 2006.

La réunion du conseil de nomination des corps célestes a lieu sur le satellite de Saturne depuis plusieurs années déjà : c’est un point central de la galaxie et une zone franche où on parle en Fi-rz (la version monosyllabique de l’esperanto qui raccourcit drastiquement les échanges parlés et donc avantageusement le temps des réunions) . Une fois par mois le bureau se réunit pour trier les nouvelles planètes , les libeller et accréditer leur place dans la grande nomenclature de l'espace ( qui conditionne par la suite les échanges commerciaux). Nous autres pilotes apportons notre expérience du terrain: rien de plus fâcheux que de confondre une étoile et une naine errante qui n’aura jamais le cœur assez chaud pour connaître les délices d'une fusion.

Dès que c'est possible, j'immobilise mon vaisseau dans la ceinture de Kuiper, je range ma combinaison en latex purifié pour un tailleur en laine australe aérostatique plus élégant, je fume un peu d'herbe de Céres et je me rends à ces rendez-vous animés. En vérité je rentre pour LA voir. Mais comme ces étoiles ratées, j'ai moi aussi un problème de taille: elle n'en sait rien.

Aujourd’hui la confédération souhaite se pencher sur un objet intrigant repéré dans la Nurserie d'Uranus. Cet objet est entouré de masse noire. Donc comme elle, il est inaccessible. Au moment où j’écris mentalement ce texte dans mon neuroscripteur, elle se trouve en face de moi et elle m’observe tout en menant le débat ( dans quelle catégorie cosmique classer cette curiosité astronomique et surtout à quelle fédération va-t-elle profiter! ). Je n'arrive pas à me concentrer sur le sujet car je reste focalisée sur le dernier bouton de son uniforme détaché qui laisse apparaître sa gorge. Ce bouton en airain gravé d’un tourbillon ascendant qui est la représentation iconique du dialogue. C'est une médiatrice hors pair, mais face aux représentants agités des 69 entités cosmiques, je me demande quand même comment elle va s’en sortir.

 Laisse- moi t'aider.

(ce dialogue est archivé par neuroscripteur)

Madame la présidente, j'ai croisé l'orbite de cet objet. 

Capitaine, je sais que vous êtes aussi une physicienne. Puisque vous dites avoir approché cette exoplanète, pouvez-vous nous parler de la réalité de son apparence?

(La seule réalité que j'envisage est celle de ton regard bleu plongé dans le mien MAINTENANT/ nda: les émotions ne sont pas archivées par le neuroscripteur en vertu de la Loi sur la Pensée Privée, je vous les livre entre ())

...il s'agit probablement d'une naine effondrée, j'ai parcouru sa surface à la visée et  c'est un objet de faible masse. 

Vous ne la considérez donc pas comme une étoile ?

Si (enfin TOI) enfin non, je pense que c'est une solitaire ( Entends-MOI) mais qu'on ne doit pas discriminer ( C'est clair?). Les chances d'y trouver un gisement sont extrêmement réduites ( Maintenant foutez-lui tous la PAIX)

Dans ce cas, pour éviter de solliciter le patrimoine temporel du conseil en la répertoriant dès maintenant, pouvons-nous la classer en attente ( Pitié NON )

...et pousuivre les recherches? (Tu t'en tires bien)

Mon plan de vol est incertain...( RETIENS-moi)

Capitaine, je pense qu'il s'agit d'une volonté commune...et je vous recevrai en séance individuelle pour en tirer des conclusions rapides dès votre retour de mission (Ben voyons)

Je m'en tiendrais à la décision du collège  (Fais de moi CE QUE TU VEUX)

Désormais le cosmos est plombé: quelqu'un m'attache quelque part. Mais voilà: la chaîne semble particulièrement longue. Je sors de la salle du conseil sans un regard derrière moi.

Allumez les moteurs

Commentaires

(les commentaires de ce post ne sont plus disponibles, nda)

Écrit par : Sacha | 06/06/2007

Les commentaires sont fermés.