Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2007

Sinéad, days without number

9bdf57890b6da9df3277b3a67e3d40a0.jpgTa voix est un animal fétiche dont la mythologie reste à inventer. Ce soir dans ce costume trop grand pour toi, ta voix s'accorde à ce tissu mal taillé: elle te dépasse, elle emplit l'univers. S'échappant par enchantement de la jeune femme déguisée en cygne, elle arrime chaque note à la Foi qui la fait naître, la guide et la porte si haut. Ecaillée dans la lézarde du souvenir de vos combats, elle accompagne l'archer plaintif de ta violoniste, avant de devenir d'une puissance cristalline comme si toutes les eaux des comtés d'Ulster se rassemblaient, torrentielles. Même la batterie n'est plus qu'une rumeur à son tumulte, et le théatre succombe à la force de ta joie. Bien avant ce soir, saisie par d'autres envoutements, le lion et le cobra dormaient déjà sous mon écharpe dans une ruelle pavée de Strasbourg et apprenaient à une gamine introvertie que le cri pouvait aussi être un chant.

Commentaires

And take back the rage you gave me
Take back the hatred you gave me for me
Take back the anger that nearly killed me
Take back what doesn't belong to me

Écrit par : Erin | 17/11/2007

Erin>avec la strophe précédente, encore mieux:
"I'm Irish, I'm English, I'm Moslem, I'm Jewish,
I'm a girl, I'm a boy
And the goddess meant for me only joy
And real love requires you, give up those loves
Whom you think you love best
Love puts you through the test
And only loyal love will bring me happiness"

Mandinka reste pour moi sa meilleure composition rock et Troy la plus poignante, mais son dernier album est une pure merveille. Enregistré en double à Dublin ( accoustique) et à Londres ( avec sa bande).

http://www.youtube.com/watch?v=_9yjhcp0EK4&eur

Profitez de Steve Cooney à la guitare au passage...

Écrit par : Sacha | 18/11/2007

L'air qui l'entoure me parvient avant sa présence.
Comme une rumeur sonore.

Sa respiration m'incline avant sa voix.
Comme un élan que cherchât Chopin toute sa vie.

Elle est parfois intimidée par ses propres pas, et les allège.
Comme un bel oiseau qui s'appuie sur ses ailes.

Quand elle dort, ses yeux sont son corps.
Comme une source qui se glisse dans les roches.

Elle, c'est toi.
Comme j'aime Toi.

Heureux anniversaire, chérie

Écrit par : Patricia-M | 23/11/2007

1 ART
0 ACADEMISME
cette équation hérite d'un avenir

bon anniversaire mon ange
http://www.youtube.com/watch?v=YrIUIjYmz94&eurl

Écrit par : Sacha | 25/11/2007

Tu as raison, soyons binaires, en amour.
Chanson Anti-peine-Capitale.
Mes jambes, autour.
Tes mains en cavale.

Demain, on s'emballe et on s'envoie en ballade, irlandaise.
Et plus, puisqu'affinités.

Écrit par : Patricia-M | 26/11/2007

Les commentaires sont fermés.