Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2007

Sémiologie encapuche

bb29ffbc01ad66891130c99dac9024ed.jpg

Comme tous les autres signes, le vêtement donne à lire entre les lignes de son usage fonctionnel. Ici mettons immédiatement de côté l'unité matérielle du signe, car, dans cette représentation, le vêtement n'est pas quelque chose qui sert ( cette fourrure pourrait ne pas protéger du froid, elle n'attraperait pas de rhume pour autant) pour se concentrer sur sa charge symbolique, devrais-je dire profonde et dérivée. Ce syntagme est scrupuleusement composé d'une fourrure aérienne, réhaussée par l'impossibilité de visualiser le vêtement dans sa globalité, le poil en mouvement masque un visage angulaire et éthéré. Le froid est triplement suggéré par un mouvement venteux latéral, par le plissement des yeux et la couleur des pommettes. Considérons que la fourrure n'est qu'un alibi, car par un déplacement métonymique, elle devient sa qualité intrasèque, la Douceur. Elle parle au toucher et il est presque possible de percevoir la caresse de ce pelage détaché d'un animal de féerie voleter dans un courant artificiellement hivernal. Artifice de féerie féeroce. Féeroce comment?

A plumes et à poil. Engoulevent se hissant à ma hauteur d'un seul battement d'aile. Encagoulevent. Laisse-moi t'encagoulever. Bête à poil toute habillée.

Donc, dans un deuxième temps, elle indique aussi qu'elle n'est pas réellement civilisée. Elle connote l'animalité, tout de même. Donne une identité sauvage à la douceur. Poils gris-blanc sous le ventre des petits mammifères. Lustrés, rustres et musqués à la fois: la destruction d'un songe par la dent, mousseline zébrée par la fourchette dans les auges de cristal, marque de griffes dans votre crème de beauté. Par extension, une forme de réconciliation des sens juste à la gueule du plaisir.

Bien sur cette analyse est récusable, certaines images de noel encapuchent toute mon objectivité ( source jodiefoster.nu, merci à Henrik). Passez de bonnes fêtes!

Commentaires

Et ...pour qui va sonner le gla-gla ?

Écrit par : Patricia ! | 17/12/2007

Cela dit :
Fou rire de toi.
Phonétiquement je propose un "u" pour remplacer le premier "i"

Écrit par : Patricia ! | 26/12/2007

Madame Sacha, j'ai bien reçu ton couplet maritime. J'aime bien quand tu fais ta malouine sur mon rafiot. Reçois, je te prie, ce tendre baiser pirate sur ton front de belle impertinente. Que cette année bissextuelle te fasse chalouper au gré des vents. Taing, chuis poète ce soir ;)

Écrit par : BT | 02/01/2008

Puisque les fêtes sont passées et que nous sommes restés ...enlève donc tes moufles et donne nous au moins un mot

Écrit par : Patricia-M | 08/01/2008

Juste un mot alors.
Mes chéries, vous n'êtes pas sans z'ignorer que mes promenades en montagne occupent la plupart de mon temps et qu'elles nous rapprochent de ce fait, que je pense à vous, à vos fesses (surtout) qui mettent le feu aux poudres de la ligne RER reliant les tours d'ivoires et carrées aux boucles de la Marne, que parfois je rêve de votre pot au feu inconnu qui ranime ma flemme, ma foi en vous, ma verge. J'aimerai en 2008 retrousser vos manches, vous faire crier l'hymne à la joie et plus si infirmités. Je m'en vais de ce pas déposer un baiser d'amour à votre tribu sur votre livret d'écureuil.

Écrit par : BT | 08/01/2008

BT, SMACK !

D'un seul mot, nous t'onomatopons chacune sur une joue ;)

Écrit par : Sacha | 09/01/2008

Les commentaires sont fermés.