Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2009

Mythe poli

14_EO_1641.jpgBarthes écrivait que « l'usure des mythes se mesure à l'arbitraire de leur signification », et l'illustrait par cet exemple « tout Molière dans une collerette de médecin ». Passés au papier de verre de la communication publicitaire, la vitesse d'usure des mythes s'accélère et l'histoire a du mal à les renouveler, il faudrait constamment en élire de nouveaux au pas de course.

Jour après jour dans cet endroit enchanteur, on répète l'histoire d'un mythe occidental: tout le luxe dans une femme. Pour le perfuser, des milliers de signes sont bons à prendre. Tout le luxe dans un ikebana installé face au mur laqué à l'encre marine, ses deux fleurs écartées par un calcul savant semblent s'attirer d'un même désir diaphane. Une vue qui se déplie loinloin, un patio moquetté de perle. Sobriété de surface, tout le luxe dans cette retenue qui en vérité fourmille d'intentions. Il y a aussi un blason. Le blason est le signe du mythe par excellence et je vois que vous le portez autour du cou.

Réunis comme un clan autour des braises d'un foyer très ancien, nous participons à l'échelle de nos petits moyens à l’entretien du mythe. Mais voilà la question qui gangrène la conversation: tous ces soins ne nous éloignent-ils pas de la véritable histoire ? La fable nourricière, dégraissée des artifices de la communication. Entendez la passion d'une femme qui a choisi un mode de vie différent et qui en a inspiré tant d'autres depuis. Un jour, elle comprit qu'elle passerait son existence à tenter de dompter la nature pour en extraire des formes et des essences dans une transformation purement sensuelle et qu’elle finirait par tirer définitivement un trait sur la chair. Sexualité. Passion. Déformation. Création. Racontez cette histoire au lieu de me laisser parler un peu à contrecœur de choses que vous connaissez déjà. Aussi beau que soit le mythe que vous servez, il sera bientôt hors d'atteinte sans cette cure de jouvence. Il sera gravement en danger. Guetté par l’arbitraire.

« Je pourrais distribuer des sourires. Vous ne savez pas à quel point vous êtes notre récréation». Ah mais  venant d'une femme qui porte un tel fardeau, nous sommes tous prêts à accepter cette forme parfaitement motivée de désobligeance.

Commentaires

Merveilleuses danaïdes ;)

Écrit par : Sacha | 11/12/2009

Je bois tes mots au goutte à goutte. Zoubis

Écrit par : BT | 13/12/2009

Et comme disait ....
Bref :
" Et poli, c'est mythe " !

Écrit par : Patricia-M | 28/12/2009

Les commentaires sont fermés.