Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2007

Notre charte ?

49d7846f304e4f512e0a4060d30fa676.jpgLa charte, tracée par Alice au feutre noir sur un mur de son bureau, raturée au fil des épisodes et des tendres voyages, déchirée, embrassée, parfois déteinte par les larmes, vient d'être décrochée et rangée dans les cartons du grenier d'Ilène. Adieu à l'encre sur les doigts. Adieu aux corps plaqués contre les feuillets plaqués contre le mur plaqué dans l'arrière-cour de notre imaginaire. Pourquoi ? Parce que, comme beaucoup, la charte a désormais un avatar. On s'y tromperait: l'avatar de la charte ressemble trait pour trait à la charte, mais sa dématérialisation décuple sa puissance. Reliftée, renovée, repulpée, colorisée pour vous (nous) plaire, pour vous (nous) rassembler. Car les super-pouvoirs du virtuel lui permettent de s'extraire de sa fonction narrative pour être une entité du réel . Et la subtilité est ici: l'avatar de la charte existe à la fois dans la fiction et dans le pan virtuel de la réalité. Qui est lui-même tout à fait concret.

L'avatar de la charte s'est auto-proclamé Notre charte.

L'avatar de la charte a aussi des ambitions, prioritairement celle d'être la première vision structuraliste du monde lesbien à échelle planètaire. Ce qui n'est pas rien. Si Ilène duplique cette structure, c'est qu'elle a l'idée ( plus ou moins souterraine) d'identifier un réseau. Je veux croire à la sincérité de ses motivations, comme celle de donner l'impulsion de quelque chose. Ce super schéma, basé initialement sur l'ingénieuse théorie des six degrés de séparation ( grossièrement: nous sommes tous reliés par six personnes/ en identifiant cette chaine, il est possible de rencontrer n'importe qui) , a évolué depuis qu'il a été lancé par Guinevere avec cet éclat de rire qui la caractérise. La charte reliait des femmes sur le critère du sexe par pur ressort narratif (je suis heureuse d'apprendre que Shane a couché avec plus de mille femmes et je cède au plaisir de l'idée mais cette information aurait plutôt tendance, en pratique, à me faire fuir ), l'avatar de la charte semble vouloir les relier sur un critère d'affinités. Alors quoi ? Liens amicaux... cérébraux, sentimentaux, amoureux ? La charte dessinait ces liens temporellement, l'avatar de la charte voudrait aussi les tisser géographiquement sans s'imposer de barrière linguistique. L'avatar de la charte serait-il donc plus généreux que son double de fiction? En tout cas, son amplitude réclame votre participation sur la base du donnant-donnant.

Accepter d'avoir un fil à la patte. Pour se sentir la partie d'un tout. Le dessin d'une galaxie au-dessus de nos vies. TLW S4 E1

10/09/2006

Guinevere en peinture, avant-hier

e3cf63b7c1f9afb526517681fca29f0a.gif

Avant-hier, tu t'appelais Max et la peinture noire et blanche de Rose t'aimait au couteau. Plutôt abruptement, le long d'un mur, en découpant ta maxillaire avec un jeu de lumière crue pour l'offrir à d'autres femmes (qui auraient pu s'appeler Moira). Moi qui avais presque ton âge, vivais avec une rousse, m’habillais en noir et qui traînais là où je pouvais assister aux choses, je me suis détournée de la substance sociale du film pour y chercher fixementune monochromie du désir entre vous deux. Si elle avait vraiment fait de toi une épousée avec ses images, je pouvais donc tout faire avec mes mots. Go fishing, lentement et en particulier.

Dix ans plus tard, six degrés de séparation entre les initiales LA et LW ( ou plus concrètement entre tes ex et celles de Rose) ont crée la palette nécessaire à Ilène pour donner vie à la toile. Finalement, Ilène a sublimé le tracé de l'imaginaire qu'elle te reproche aujourd'hui.
En haut de cette toile, tu n'avais pas besoin d’incarner Gaby Deveaux, cette maladroite reproduction du charme français, pour être là chez toi parce qu' avant-hier, à Paris, tu avais déjà ton regard de sirène.

 *Go Fish 1994, Cineffable nous l'avait apporté

02/09/2006

Reste la question d'Ilène

19385389970b5e209768aad059df93de.jpg

J'ai un faible pour la femme invisible. Ce personnage qui n'apparaît jamais au long des L-saisons et dont on entend pourtant les battements sous le masque et la toge. Mais il me manque sa chair. C'est dire si j'ai un problème avec Ilène Chaiken.

Ilène, c'est Mary Shelley à l'envers.
Elle s'est dépossédée pour donner corps à de multiples louves sans jamais faire d'elles des créatures.
Elle a retenu son poing en frappant Bette de son inextinguible énergie, tout en lui inoculant sauvagement l'héritage de sa rupture. Elle a confié ses années à Marina sans lui céder son esprit, son ingénuité à Dana sans lui donner son charme. Elle confronte toujours ses désirs à ceux de Shane pour soupeser la distance avec son propre précipice . Son dernier éclat de rire le long du Pacific Rim est venu se loger en haut de la pupille d'Alice, elle en a fait des bouquets généreux à force de marcher à deux sur ces plages de l'ouest canadien.

Compter les ricochets me prend du temps. Parfois, devant l'écran, je ne vois que la mosaïque du visage d'Ilène.