Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2013

Désarmer

Il existe une famille d’actes de langage très utilisée qui mériterait un peu plus de reconnaissance: celle des désarmeurs. De la grande tribu des adoucisseurs, ils cherchent à atténuer une réaction qui pourrait être négative ou à neutraliser l'effet menaçant d’un discours; de toute évidence ils mettent un peu de courtoisie et de second degré dans les échanges. Pour aborder sa vie privée lors de la cérémonie Golden Globes, en dépit des stéréotypes de l’exercice, Jodie Foster en a utilisé toute une batterie: l’interrogation, qui renvoie l’air de rien la balle au récepteur ( « reality show is enough, don't you think ? »), le décalage temporel (« si vous aviez été à ma place.. »... "in the future you will.." ), la négation ironique ( « please don’t cry »), la substitution ironique ( « I’m single!  » et les bras m'en tombent ) , la minimisation (« mon coming out je l’ai déjà fait il y a des années … ) ici dopée à l’hyperbole ( …à l’âge de pierre » ).

Parce que j’ai une certaine tendresse pour la minimisation, je me souviens de celui-ci utilisé par une jeune femme pour désarmer H. : « ça ne sera pas long , juste le temps de t’embrasser » . Je la soupçonnais d’avoir étudié la frontière à ne pas dépasser pour réussir son effet, celle qui se situe à peu près entre désarmer et amadouer.

20/09/2007

Cinema de plein air

Nous étions amateurs d'un imaginaire projeté sur la toile du ciel, les émotions germaient entre les pins et les étoiles, au petit bonheur. Les émotions naissaient sur la paume verticale de l'écran, recyclant la chaleur du tapis d'aiguilles et de cailloux chauffés toute la journée durant. Les enfants, ces feux follets, s'éparpillaient de joies et de peines et il était facile d'en ramasser les miettes . Les enfants avaient cet âge que je refusais avec acharnement de partager. Que la jeunesse semblait inutile assise contre une épaule adulte, clé-de-voute d'un raisonnement bientôt déchu!

Nous étions pourtant tous les enfants de Hania à cet instant dans le kaléidoscope du vieux projectionniste. Le jardin public avait une entrée réservée au grand cinéma et l'herbe râpée devant le kiosque était la place de la reine. Le kiosque vendait les billets au milieu des journaux, des cigarettes, des coupons de loterie et des sachets d'amandes salées. Echappée à la vigilance de ses soeurs, une erinye disposait des figues confites sur un tabouret concave, une chèvre attachée à la grille de l'entrée. Et le film prenait soudain sa place dans la partition désordonnée du jardin sans que le silence ne fasse partie du contrat passé avec le ciel. Le côté pittoresque de la situation nous échappait mais pas les premières images de l'héroïne ralenties par la prise gélatineuse du générique. Nous étions tellement surpris de l'envol crachoté du son de sa voix grave que j'en oubliais de tenir au sol. Elle aurait pu s'asseoir au bord de la toile et balancer ses chevilles sous l'amandier pour nous amener la rejoindre, elle aurait pu tendre les bras et jongler avec nos coquilles de noix pour laisser cette histoire de si peu d'épaisseur faire un abri à nos vies.

Poser un toit sur ces émotions n'a jamais rien changé à leurs éclaboussures.

poster_jap_large.jpg

Sortie mercredi prochain à Paris avec une mauvaise traduction, à Taiwan aussi ( source JodieFoster.nu) et ailleurs sous les étoiles.

11/07/2007

bravitude

605c569a8007c072f554c4452a4973ad.jpg

La soufrière a libéré ses fumerolles à l’arrière plan de l’image et les concrétions immobilisent le moment de l’explosion. Autour d’elle, un ravage à température ambiante, les joues écorchées, la tête remplie de cailloux au rebond, une seule couleur partout : tous les ocres fondus en un. (G)rugissement à une lettre près. Putain de Central Park (mettons que ce soit ça), downtown sous le metro aérien (autre exemple qui va), le marché bâtard de la bowery: un pied dans le volcan, l’autre dans un souvenir. Un gisement vient de péter dans le gobelet du mec assis sur le banc. Debout sur le banc. Couché dans le soufre. Elle respire la vapeur sulfurée de son acte, ça pique les yeux ces relents d’effroi soluble. Ses cheveux sentent l’allumette à travers l’affiche, mais l’affiche refroidit et le soufre devient jaune citron comme le gilet du producteur exécutif. A la fin, la scène du drame est vide. Il ne reste qu’une femme et du papier.

 

Première affiche du film: sortie à la rentrée.

 

Bonnes vacances !

07/06/2007

Artemis armée

7e44e941961c6f979c4e19f235a4c85f.jpg
Premier trailer de The Brave One
Si la portée de l'intrigue semble limitée
Le plaisir d'un MANGA qui force le trait de son héroïne

http://www.firstshowing.net/2007/05/31/brave-one-trailer/

(source Jodiefoster.nu, merci à Henrik)

05/02/2007

Ailes au repos

8824f06d087bcde56223931cccd4385b.jpg
(source Jodifoster.nu)

14/11/2006

Uchronie: si Jodie avait joué dans TLW

102b6cb82da2be4c266984ffedf623eb.jpg« Je reviens de Ciudad Juarez, j’ai roulé toute la nuit » dit-elle en descendant de sa Chevrolet « Les maquiladoras n’ont pas finies de prospérer sur le dos des pauvres , ces filles envoyées par leur familles…une main d’œuvre bon marché » Bette voudrait bien lui passer une main dans les cheveux mais elle attendra un peu. Cent pages, douze épisodes, une saison entière pour décliner un geste.Si Jodie avait joué dans L-Word, elle aurait incarné une ancienne flic reconvertie dans l'aide sociale qui porte toujours son tee-shirt LAPD pour dormir. Bette ne serait pas partie en retraite de solitude hurlante, puisqu'elle aurait été à l'origine de sa rupture avec Tina qui aurait quitté les Etats-Unis sur l’appel de Richard Branson pour monter dans le royaume du Piémont une chaîne de boutiques de vêtements bio à franges.

Submergée les sms de scénaristes, Ilène aurait hésité entre l’Ecole Hollywoodienne et l’Ecole de Montréal, précipitant ainsi son équipe dans une perplexité profonde. L’Ecole Hollywoodienne, celle qui n’a pas hésité à trucider Dana en trois épisodes, aurait sans doute prostitué Carmen dans un bordel pour businesswomen et envoyé Shane dans un pénitencier flottant au large du Golden Gate par le truchement de quelques actions dramatiques. A l’inverse l’Ecole de Montréal aurait laissé Jenny suivre la route de sa bayadère de cirque permettant ainsi à Patricia Rozema de réaliser un épisode avec l’élégance dont elle a le talent par exemple à travers un duo de trapèze volant Jenny-Moira sur fond de Rachmaninov. On peut également supposer qu’un souffle historique très inattendu aurait obligé Alice a réécrire sa toile avec le nom des femmes ayant porté à travers les âges la cause féministe : Gertrude aurait mystérieusement côtoyée Renée, côtoyant elle-même Erika, nous faisant ainsi revivre des épisodes de luttes sanglantes.

En outre, des cohortes pacifiques de femmes y auraient vues un signal, le tocsin du coming-out, un sémaphore sur le chemin de l'acceptation de soi. Certaines auraient monté des comités de soutien, peut être même changé de vie... Et moi qui croyais être la seule mortelle affectée de cette fébrilité. Finalement le coming out de Jodie nous aurait soulagées de tous ceux qui n’ont jamais eu lieu.

Ne pouvant se résoudre à leur rupture dans la saison X, Ilène aurait laissé Jodie et Bette à leur implacable destin : des nuits à faire l’amour et des jours offerts à la contemplation tranquille de la crête des vagues du pacifique.

Regarde cette vague, on dirait une toile de Yurgenstein

Oui, ça m’évoque ce mot « Hâtons-nous aujourd’hui de jouir de la vie, qui sait si nous serons demain »

C’était qui ?

Jean Racine un français

Perspicace , il avait pas une chronique dans le New Yorker ?

Finalement, si Jodie avait accepté de jouer, L-Word n’aurait peut-être jamais existé, et ça, vraiment, ça me cause du souci.

Ps/ Ilène, j’implore ton pardon.

03/10/2006

Artemis au stade

5a6586102bca1368eb6fb843754915e0.jpg
238f339f7e6c838a7fab8509e862d9c4.jpg