Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2007

Cinema de plein air

Nous étions amateurs d'un imaginaire projeté sur la toile du ciel, les émotions germaient entre les pins et les étoiles, au petit bonheur. Les émotions naissaient sur la paume verticale de l'écran, recyclant la chaleur du tapis d'aiguilles et de cailloux chauffés toute la journée durant. Les enfants, ces feux follets, s'éparpillaient de joies et de peines et il était facile d'en ramasser les miettes . Les enfants avaient cet âge que je refusais avec acharnement de partager. Que la jeunesse semblait inutile assise contre une épaule adulte, clé-de-voute d'un raisonnement bientôt déchu!

Nous étions pourtant tous les enfants de Hania à cet instant dans le kaléidoscope du vieux projectionniste. Le jardin public avait une entrée réservée au grand cinéma et l'herbe râpée devant le kiosque était la place de la reine. Le kiosque vendait les billets au milieu des journaux, des cigarettes, des coupons de loterie et des sachets d'amandes salées. Echappée à la vigilance de ses soeurs, une erinye disposait des figues confites sur un tabouret concave, une chèvre attachée à la grille de l'entrée. Et le film prenait soudain sa place dans la partition désordonnée du jardin sans que le silence ne fasse partie du contrat passé avec le ciel. Le côté pittoresque de la situation nous échappait mais pas les premières images de l'héroïne ralenties par la prise gélatineuse du générique. Nous étions tellement surpris de l'envol crachoté du son de sa voix grave que j'en oubliais de tenir au sol. Elle aurait pu s'asseoir au bord de la toile et balancer ses chevilles sous l'amandier pour nous amener la rejoindre, elle aurait pu tendre les bras et jongler avec nos coquilles de noix pour laisser cette histoire de si peu d'épaisseur faire un abri à nos vies.

Poser un toit sur ces émotions n'a jamais rien changé à leurs éclaboussures.

poster_jap_large.jpg

Sortie mercredi prochain à Paris avec une mauvaise traduction, à Taiwan aussi ( source JodieFoster.nu) et ailleurs sous les étoiles.

11/07/2007

bravitude

605c569a8007c072f554c4452a4973ad.jpg

La soufrière a libéré ses fumerolles à l’arrière plan de l’image et les concrétions immobilisent le moment de l’explosion. Autour d’elle, un ravage à température ambiante, les joues écorchées, la tête remplie de cailloux au rebond, une seule couleur partout : tous les ocres fondus en un. (G)rugissement à une lettre près. Putain de Central Park (mettons que ce soit ça), downtown sous le metro aérien (autre exemple qui va), le marché bâtard de la bowery: un pied dans le volcan, l’autre dans un souvenir. Un gisement vient de péter dans le gobelet du mec assis sur le banc. Debout sur le banc. Couché dans le soufre. Elle respire la vapeur sulfurée de son acte, ça pique les yeux ces relents d’effroi soluble. Ses cheveux sentent l’allumette à travers l’affiche, mais l’affiche refroidit et le soufre devient jaune citron comme le gilet du producteur exécutif. A la fin, la scène du drame est vide. Il ne reste qu’une femme et du papier.

 

Première affiche du film: sortie à la rentrée.

 

Bonnes vacances !

07/06/2007

Artemis armée

7e44e941961c6f979c4e19f235a4c85f.jpg
Premier trailer de The Brave One
Si la portée de l'intrigue semble limitée
Le plaisir d'un MANGA qui force le trait de son héroïne

http://www.firstshowing.net/2007/05/31/brave-one-trailer/

(source Jodiefoster.nu, merci à Henrik)